La main de Thôt : Théories, enjeux et pratiques de la traduction

Illustration de Sylvian Meschia

La main de Thôt : ISSN 2272-2653

Index

n° 7 - Transmissions, traductions, interprétations - Propos de traducteurs et d'interprètes

[Sommaire du numéro]

[Télécharger le PDF]

Nathalie Vincent-Arnaud

Traduction du poème « The Translator » de Kevin Prufer

Texte intégral

1Traduction du poème « The Translator » de Kevin Prufer
(The Paris Review, Spring 2017, n° 220, p. 17-19)1

2La traduction de la poésie : la mer à boire ?

3L'allégorie déployée tout au long du poème « The Translator » par son auteur Kevin Prufer, universitaire américain et poète plusieurs fois distingué2, s'articule sur cette vision qui ne devrait surprendre aucun traducteur de poèmes.

4Parcours en forme de va-et-vient inlassable semé d'embûches, d'embâcles, d'écueils et de récifs divers, voué aux surgissements de ce « reste » inéluctable qui lance des défis renouvelés à un traducteur dont la sensorialité se doit d'être aux aguets pour bannir toute forme d'arrêt et de certitude : telle est l'image de la traduction que semble esquisser ce poème à la silhouette mouvante et tiraillée, si évocatrice des inquiétudes et des errances d'un texte sans cesse ballotté d'un rivage à l'autre entre les gisements pétrolifères révélateurs de richesses insoupçonnées qui sont autant d'entraves à la navigation, à une circulation fluide.

5Si le portrait du traducteur en « passeur », « navigateur », « marin », « voyageur » a définitivement acquis ses lettres de noblesse parmi les écrits qui lui sont dévolus comme en témoigne notamment le recensement effectué il y a une dizaine d'années par Jean Delisle (Delisle, 2007), celui du corps sensible du texte source en jeune femme naufragée à secourir et dont la voix s'obstine envers et contre tout relève bien davantage de la métaphore vive qui travaille de part en part le poème. Défi à la mort, à l'inertie, à l'ensevelissement hâtif de ce qui ne peut être que décombres du texte en l'absence d'une posture d' « écoute » adaptée (Darras, 2018), cette figure du lointain ouvre dans un même mouvement la perspective de cet « espace de la traduction » qu'est la retraduction (Berman, 1990, 1), célébration d'un « inachèvement » consubstantiel à l'écriture poétique et à cette écriture continuée qu'est la traduction.

6Et le corps polysémique du poème continue son voyage.

7Au terme de cette tentative de traversée non sans écueils ni encombres, c'est la mer, « la mer, toujours recommencée », qui aura le dernier mot, celui qui fait signe simultanément vers le passage et l'éternel retour – vers le vertige d'un traducteur à jamais entre deux eaux :

8Poetry in translation: not quite plain sailing.

Image 100000000000035400000E861650C2F5AFC7F04E.png

Notes de fin numériques :

1 https://www.theparisreview.org/poetry/6928/the-translator-kevin-prufer

2 Kevin Prufer est à ce jour l'auteur de sept recueils de poèmes pour lequel il a obtenu divers prix dont le Pulitzer Prize et le Julie Suk Award.

Pour citer ce document

Nathalie Vincent-Arnaud, «Traduction du poème « The Translator » de Kevin Prufer», La main de Thôt [En ligne], n° 7 - Transmissions, traductions, interprétations, Propos de traducteurs et d'interprètes, mis à jour le : 11/02/2020, URL : http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=802.

Quelques mots à propos de :  Nathalie Vincent-Arnaud

Université Toulouse-Jean Jaurès
nathalie.vincent-arnaud@univ-tlse2.fr