Slavica Occitania

Bakhtine, Volochinov et Medvedev dans les contextes européen et russe - III. Linguistique/s et métalinguistique

[Sommaire du numéro]

Vladimir ALPATOV

Saussure, Volochinov et Bakhtine

Icône PDFTélécharger le PDF

Résumé

Dans le livre Marxisme et philosophie du langage V.N. Volochinov critique avec acharnement toute la conception linguistique de F. de Saussure, en accordant une attention particulière à la notion saussurienne de la langue . D’après Volochinov, la langue pour Saussure n’existe ni objectivement, ni subjectivement, n’étant rien d’autre qu’une abstraction utile pour certains buts pratiques (comme l’interprétation des textes ou l’apprentissage d’une langue étrangère). Cela est lié au fait que Saussure ne ferait aucune référence à la nature / essence ( suščnost’ ) de la langue. La négation radicale des idées de Saussure et leur critique acharnée dans le livre de Volochinov ne peuvent être comparées qu’à la réception très négative de Saussure par le linguiste japonais M. Tokieda. Dans les travaux de Bakhtine écrits plus tard (« Du discours romanesque » [Slovo v romane], « Le problème des genres du discours » [Problema rečevyx žanrov]) l’attitude envers Saussure est autre : la conception saussurienne de la langue y est acceptée, même si elle est considérée comme insuffisante et même si, d’après Bakhtine, elle devrait être complétée par la théorie de l’énoncé ( vyskazyvanie ), ainsi que par la théorie des genres du discours ( rečevye žanry ).

Abstract

(Trad. du russe par Ekaterina Velmezova)

« Saussure, Voloshinov and Bakhtine »

In his book Marxism and the Philosophy of Language V.N.Voloshinov severely criticizes F. de Saussure’s whole linguistic theory, paying particular attention to the Saussurean notion of langue . According to Voloshinov, language [ langue ] exists neither objectively, nor subjectively for Saussure, since it is nothing but an abstraction which proves useful to certain practical purposes (such as the interpretation of texts or foreign language learning for instance). It could be explained by the fact that Saussure had not spoken about the nature / essence [ suščnost’ ] of language. Such radical negation of Saussurean ideas and their severe criticism in the book of Voloshinov could be compared only with a very negative reception of Saussure by Japanese linguist M. Tokieda. In Bakhtine’s later works (« Discourse in the Novel » [Slovo v romane], « The Problem of Speech Genres » [Problema rečevyx žanrov]) the attitude towards Saussure is different : Bakhtine accepts the Saussurean conception of language, even if he insists on the necessity to complete it by the theory of utterance [ vyskazyvanie ] and the theory of speech genres [ rečevye žanry ].

Pour citer ce document

Vladimir ALPATOV, «Saussure, Volochinov et Bakhtine », Slavica Occitania Numéro 25 - Bakhtine, Volochinov et Medvedev dans les contextes européen et russe, 2007, p. 369-383.